nov
19
2008

Suite – La pute

la lumière blafarde du jour londonien
une odeur de pisse, et l’éclat des goutes
tamponnent son visage trempé et décousu.

C’est l’œil noirci par un choc
et les idées troubles que john se relève.

Le souvenir d’une brune martel son esprit,
le flash d’un vieux, le sang du black…

Qu’importe, John doit s’allonger.

un rapide tour d’horizon lui suffit
à s’orienter, quartier des putes
et en francais comme ailleur c’est le langage
du corps qui paie qui parle!!!

Un pied puis l’autre, la démarche fatiguée
John succombe aux appels légers
d’une blonde fagotée de desirs mal-propres.

lubricité mère de grandes claques!!!

« -suis moi… »

La fille se détache du mur contre lequel
elle se sentait si seule et s’engouffre
dans la cage d’escalier qui les mènerait
à ne plus croire en rien…

Des murs friables les gobes
dégueulant l’humidité du matin
et la sueur deversée en ces lieux
par trop nombre de fois.

-je te reconnais. Dis la pute,
t’es le mec d’hier soir au bar
-qu’est ce ca peut te foutre…
-tu etais bien accompagné.

Elle connaissait le vieux…
john se devet, s’allonge et ferme les yeux.
La bouche chaude et profonde de la putte
s’occupe déjà de lui…

John s’endort.

Written by Organic Despair in: poèmes |

Pas de commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.

Aeros Theme